page de gardePlus de 75 personnes se sont déplacées à Crêt-Bérard (Puidoux), vendredi 21 novembre, pour la conférence inaugurale de ces journées « Vitamine-É ». Invité de marque à ces journées, le pasteur Andy Buckler, a longuement développé l’idée d’une économie mixte dans laquelle l’ancien (le traditionnel) entretient avec le nouveau (de nouveaux lieux d’Eglise) un rapport de fécondation réciproque. Prenant exemple sur le terrain de l’Eglise d’Angleterre dont il est issu, il a montré qu’il ne fallait pas considérer les innovations comme des menaces pour les offres actuelles. Exemples à l’appui, il a plaidé pour un discernement des projets, des personnes et des partenaires pour de nouvelles actions. Son diagnostic de la société anglaise passe par la prise en compte de l’importance de la progression des « non-churched », les personnes qui n’ont jamais côtoyé d’Eglise. Celle-ci s’effectue au détriment des « de-churched », les personnes qui ont pris leurs distances des institutions religieuses.

Durant trois jours, la grande salle de Crêt-Bérard a été le théâtre, d’analyses pointues autour de l’actualité du religieux et des institutions ecclésiales en Suisse et en Europe, du déploiement d’outils nouveaux destinés à permettre aux paroisses d’effectuer un diagnostic de leurs forces et leurs faiblesses, de temps de travail en groupes et de moments de spiritualité. Cette offre, essentiellement destinée aux personnes engagées dans l’EERV, a attiré des participants des Eglises réformées du Valais, de Neuchâtel, de Fribourg et de Berne (Be-Ju-So). Plus de 100 personnes ont participé à tout ou partie de la manifestation.

Le samedi, cinq Conseils de Paroisse quasi complets et un groupe d’autres participants ont pu réfléchir à de nouvelles offres pour de nouveaux publics. Se familiarisant avec les huit facteurs de croissance d’un groupe, ils ont pu appliquer à leur réalité locale un outil de diagnostic récemment développé au sein du Projet Khi.

Quant au dimanche, un groupe restreint s’est longuement penché dans l’analyse de la société contemporaine vue par le prisme de publicités. Serge Molla, le responsable de l’Office « Eglise et société », s’est employé à donner des clés de décryptage du religieux, et des décalages qui existent parfois entre la culture de l’Eglise et celle de la société. Ainsi, la publicité hilarante de « la marche de l’empereur » a-t-elle souligné certains décalages sémantiques.


Dans un second temps, le théologien a invité les participants à lire l’urgence de trouver des solutions pour l’avenir de l’Eglise en proposant une parabole contemporaine basée sur des extraits du film « 127 heures« . De nombreux participants se sont sentis rejoints par cette proposition.

A l’issue de ces journées, les organisateurs se sont déclarés très satisfaits et de nombreux participants ont exprimé une grande reconnaissance pour la qualité des outils, des interventions et des animation.

 


La vidéo de l’intervention d’Andy Buckler (durée 48 min)

L’introduction faite par Jean-Christophe Emery
Télécharger le pdf.